Revue de presse :

Les articles écrits par le médecin conseil dans la revue de presse ne sont en aucun cas des conseils médicaux et ne remplacent pas une consultation médicale. Le médecin conseil et la SAS Laboratoires Végélab déclinent toute responsabilité au cas où des éléments écrits dans la revue de presse seraient utilisés sans avoir pris l’avis d’un médecin.

 

Manger des acides gras « Trans » peut nuire à la mémoire

Rédigé par Le Médecin Conseil - - aucun commentaire

 

Les Etats-Unis ont décidé d'interdire les acides gras trans dans l'industrie agro-alimentaire à partir de 2018.

En effet, une nouvelle étude, faite chez des hommes de moins de 45 ans, gros consommateurs d'acides gras trans et publiée dans la revue PLOS ONE montre que les acides gras « Trans », même d’origine végétale (huiles végétales hydrogénées, même partiellement) sont non seulement nocifs pour le système cardiovasculaire, mais également pour la mémoire.

« Des chercheurs de l'université de Californie sont parvenus à cette conclusion en analysant les données relatives à plus de 1 000 hommes et femmes, interrogés sur leur alimentation et soumis à un test de mémoire. En moyenne, les hommes jeunes pouvaient retenir jusqu'à 86 mots. Mais pour chaque gramme supplémentaire d'acide gras trans consommé par jour, ce total diminuait de 0,76 mot.

L'étude, qui tient compte de différents facteurs confondants comme l'éducation, montre un écart de douze mots entre les hommes jeunes gros consommateurs de gras trans et ceux qui n'en mangent pas. « Les acides gras trans sont plus susceptibles de toucher les hommes plus jeunes, à leur pic de performance cérébral », résume Beatrice A Golomb, un des auteurs de l'étude. Il s'agit là de la première étude établissant un lien direct entre les huiles végétales hydrogénées et la perte de mémoire, certains travaux ayant montré leur impact sur l'humeur et le comportement. »

 

Date de création : 23 juin 2015

Pourquoi Docteur ?, lundi 22 juin, www.pourquoidocteur.fr

Le bisphénol A en cause dans les fausses couches.

Rédigé par Le Médecin Conseil - - aucun commentaire

Les publications concernant les risques liés au Bisphénol A sont de plus en plus fréquentes.

Dans le prestigieux "Jim" du 24 avril 2014, on peut lire qu'il existe un lien entre le taux de Bisphénol A contenu dans le sang et la fréquence des FCS (Fausses Couches Spontanées) en début de grossesse.

Il s'agit d'une étude rétrospective (Lathi et coll)  menée sur 115 femmes sur lesquelles ont été faits des prélévements sanguins entre les 4ème et 5ème semaines d'aménorrhées.

Parmi les participantes :
47 ont donné naissance à un enfant vivant (soit environ 40%) et
68 ont eu une FCS (soit environ 60%). Des anomalies chromosomiques étaient en cause dans la majorité des cas.
Les analyses montraient que les femmes qui avaient fait des FCS avaient des concentrations sériques de Bisphénol A nettement supérieurs (0,101 ng/ml) à celles qui avaient donné naissance à des enfants vivants (0,075 ng/ml). 

CONCLUSION

Cette étude montre donc une corrélation évidente et importante entre le taux de Bisphénol A chez la femme enceinte et le risque de FCS puisque près de 60% des femmes ayant un taux élevé de Bisphénol A avaient fait une fausse couche.
A signaler, que, en 2013, les experts de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (anses), notaient que, chez la femme enceinte, l'alimentation était la cause majeure (84 %) de la présence de Bisphénol A.
Les conserves représentant 50 % des sources d'exposition. Ainsi, l'absence de consommation de ces produits contribuerait à réduire significativement les fausses couches en début de grossesse. 

Références :
1) Lathi RB et coll. : Conjugated bisphenol A (BPA) in maternal serum in relation to miscarriage risk. Fertil Steril. 2014. Publication avancée en ligne le 18 avril. DOI: 10.1016/j.fertnstert.2014.03.024 
2) ANSES. Evaluation des risques du bisphénol A (BPA) pour la santé humaine. Tome 1. Mars 2013.

La majorité des français sont inquiets des effets de l'alimentation sur leur santé.

Rédigé par Le Médecin Conseil - - 1 commentaire

Le journal médical  "Egora" rapporte que 64% des français sont inquiets des effets de leur nourriture sur leur santé alors qu'ils n'étaient que 52% en 2007, d'après une étude "Agri Confiance".
72% des personnes interrogées estiment qu'elles n'ont pas suffisamment d'informations sur le mode de culture, d'élevage et de transformation des produits.
Les français sont intéressés par :
-l'origine des produits pour 54% d'entre eux (+ 14% en 7 ans)
-la traçabilité (47% pensent que c'est un critère essentiel)
-alors que le fait que le produit soit issu du commerce équitable ne concerne que 4% d'entre eux (-9 points en 7 ans).
-Mais, "crise oblige", le prix reste, de loin, le premier critère pour 67% d'entre eux (+ 17% en 7 ans).

Donc, les français sont inquiets mais n'ont pas les moyens d'acheter en fonction de leur inquiétude...

 

Vitamine D et cancers

Rédigé par Le Médecin Conseil - - aucun commentaire

Mr Hui Wang de l’Académie chinoise des sciences à Shanghai a analysé les taux de Vitamine D (25-hydroxy-vitamine D sur 17 332 patients chez qui l'on avait découvert un cancer. Il s'est aperçu que les patients qui, lors du diagnostic de cancer avait des taux de Vitamine D les plus élevés, avaient des taux de survie plus élevés et des périodes de rémissions plus longues que ceux qui avaient une carence en vitamine D. L'étude a montré qu'une augmentation de 10 nanomoles par litre de Vitamine D entraînait un taux de survie supplémentaire de 4%

Les résultats les meilleurs sont sur les cancers du sein, colorectaux et sur les lymphomes.

Cette étude réalisée par des scientifiques chinois a été publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism (abstract)